Interviews d'auteurs de BD en ligne

Thibault Balahy, alias Mister B

Publié par JiF. 12 mars 2007.

Alex alias Jean Toulette, vu par Mister B, Thibault Balahy. Mister B, de son vrai nom Thibault Balahy est un véritable touche-à-tout qui butine de la littérature à la peinture, en passant par la musique, le street art… et bien entendu la bande dessinée.

L'auteur de Franz ou la trajectoire du crabe revient sur sa formation en arts appliqués, ses premiers projets de BD, ses influences et sa récente découverte d'Internet et des blogs.

Ci-contre Alex alias Jean Toulette, vu par Thibault Balahy, alias Mister B.

Présentations

JiF : Comment dois-je t'appeler, Thibault ou Mister B ?

Mister B : Alors mon nom c'est Thibault Balahy. Mais par rapport à la création du blog, comme il y a pas mal de pseudos qui circulent autour des auteurs de BD, par simplicité j'ai choisi Monsieur B.

JiF : Mais Monsieur B c'est aussi un personnage de bande dessinée …

Mister B : Le blog est devenu Les Carnets de Monsieur B, mais à la base il s'agit du personnage d'un de mes projets, qui s'appelait simplement Monsieur. Il s'agit d'un petit monsieur conventionnel, une sorte d'archétype. Monsieur B est donc une sorte de fusion entre ce personnage et moi.

JiF : Tu portes un chapeau ?…

Mister B : [rires] Non non, il n'y a aucune ressemblance entre ce personnage et moi.

Formation en arts appliqués

JiF : Je suspecte que tu as suivi une formation dans le dessin, le graphisme ou la BD…

Mister B : En fait mon parcours est très lié aux arts appliqués, comme pour pas mal d'auteurs de bande dessinée. J'ai fait une mise à niveau en arts appliqués et un BTS en communication visuelle. Ce n'est pas vraiment une formation en bande dessinée, mais ça touche à l'image.

fauteuil à l'aquarelle. JiF : On voit à travers ton blog que depuis tu remplis des carnets de manière quasi-compulsive…

Mister B : C'est une sorte de carnet de vie, de carnet de bord avec mes impressions… Comme lorsqu'on fait des photographies : pour garder des traces. C'est surtout un entraînement pour moi.

JiF : Quand tu publies sur ton blog, tes dessins sont réunis par thème. As-tu un thème par carnet dans la réalité ?

Mister B : C'est vrai que j'ai l'habitude d'essayer de trouver une thématique, de créer de petits carnets comme des livres : avec une couverture, un état d'esprit, une technique… Pour rester cohérent. Mais sinon il n'y a pas un carnet qui conditionnerait une certaine thématique : ça reste assez ouvert, mais j'essaie de trouver un climat. Ca peut être des croquis faits en ville, dans des cafés ou sur la plage… Ou bien ça peut tourner autour d'une technique, comme l'aquarelle par exemple.

JiF : On voit que tu es assez attaché aux techniques traditionnelles, et même au plaisir de l'objet : manipuler un carnet…

Mister B : Tout à fait. Au delà de ça, le blog est un moyen de communiquer, de montrer au plus grand nombre. C'est vrai qu'au niveau de l'infographie mes interventions sont assez minimales : il ne s'agit pas de choses très complexes. Il m'est arrivé de faire quelques mises en couleur sur Photoshop pour de l'illustration de presse. Mais la plupart du temps j'utilise des techniques assez traditionnelles.

lunettes, taille crayon, cruche, pot de confiture et paquet de cigarettes.

JiF : J'imagine que c'est par gout… Mais est-ce qu'au cours de ta formation tu as eu l'occasion de toucher largement aux techniques informatiques ?

Mister B : Pas trop, ma formation m'a permis d'apprendre un peu le b-a-ba mais cela fait déjà 10 ans que cette formation est derrière moi. Ce n'était donc pas aussi poussé que ça peut l'être aujourd'hui.

Je suis très attaché à l'expérimentation, ça peut inclure l'infographie, mais pas forcément. Par exemple dans une BD que j'avais proposée à Jeunes Talents, qui tournait autour de José Bové présenté comme un justicier, un cowboy, j'avais utilisé des prospectus pour créer une trame de fond. C'était des publicités trouvées dans ma boîte aux lettres, que j'avais scannées. J'avais juste fait un passage de couleur rouge pour créer une animation graphique dans des planches en noir et blanc. J'ai ainsi créé une sorte de texture qui était un petit peu bizarroïde, pas forcément très lisible mais qui avait tout de même un lien de sens en renvoyant à l'idée de malbouffe… Puisque c'était des photos de promotion d'aliments.

JiF : Tu as aussi utilisé du papier peint pour les premières planches dans lesquelles apparaît Monsieur B.

Mister B : Tout ce qui est de l'ordre du détournement est quelque chose qui me plaît assez. Ces planches qui ont été exposées à Angoulême, étaient effectivement faites sur des fonds de papier peint assez kitsch que j'avais récupérés à Emmaüs.

Exposé parmi les Jeunes Talents

3 planches de

JiF : Tu as eu plusieurs participations heureuses au concours Jeunes Talents du festival d'Angoulême, ton travail y a été exposé à trois reprises. Tes dernières participations au concours Jeunes Talents (2005 et 2006) n'ont par contre pas été retenues…

Mister B : J'estime que j'ai suffisamment tiré sur la ficelle. J'ai fait ça quelques temps ce qui permettait d'avoir des contacts et de montrer mon travail dans de bonnes conditions. Maintenant il faut laisser la place à d'autre, je travaille plutôt pour l'auto-édition et puis par le biais du blog.

Mes trois premières nominations m'ont permis de faire des rencontres : j'ai sympathisé avec le collectif Choco Creed, qui est composé d'anciens élèves des Beaux Arts d'Angoulême. Maintenant ils m'accueillent sur leur stand, ce qui me permet de faire la promotion de mes livres auto-édités.

JiF : Choco Creed ce sont des gens très sympa !

Mister B : Oui, il y a un esprit d'équipe…

JiF : Convivial…

Mister B : Tout à fait. Ils ont des nouveaux ateliers à Angoulême et m'ont invité à venir y travailler. Je suis également en contact avec un scénariste du collectif, David Benito, avec qui on compte faire quelque chose… Je en sais pas encore quelle forme cela prendra, mais c'est un scénariste assez doué qui a déjà développé plusieurs projets de livres et de BD.

Stanbd Choco Creed à Angoulême 2007.

Franz ou la trajectoire du crabe : origines

JiF : Franz, que tu publies sur ton blog et sur Webcomics.fr, c'est un projet BD que tu avais conçu à l'origine pour l'édition papier ?

Mister B : C'est un projet que j'ai fait durant mes études, il m'a pris un certain temps : c'est un travail qui s'est étalé sur deux ou trois ans. Comme c'est un travail de couleur directe, assez proche de la peinture, il est assez lent.

Effectivement j'avais au début dans l'idée de le proposer à des éditeurs, mais je n'ai pas eu de possibilité de le faire éditer, personne n'en voulait. J'ai eu beaucoup de bons échos quant aux qualités graphiques du projet, mais le ton, le format et pas mal de choses rendaient pas mal d'éditeurs réticents. Il faut dire aussi que c'était chronologiquement ma deuxième bande dessinée : à cette époque là je n'avais pas, ou très peu, conscience des contraintes de l'édition…

Peinture de Thibault Balahy. JiF : La couleur, le format, le nombre de page, les contraintes d'impression…

Mister B : Oui tout à fait.

JiF : Le ton semblait trop personnel ou atypique ?

Mister B : Oui. Mais malgré tout, Internet me permet une édition à moindre frais et j'étais intéressé de mesurer l'écho que cela pourrait avoir auprès du public. On m'a beaucoup dit que ce travail ne pourrait pas intéresser plus de 500 personnes… Je voulais voir si c'était vraiment le cas, ou si un public plus large pourrait y adhérer.

JiF : Et Internet te donne cette possibilité.

Mister B : Tout à fait, sans prise de risque financier.

Je ne peux pas cacher non plus que je serais fier d'avoir un objet imprimé. Le blog est donc aussi un moyen de toucher les éditeurs. Mais le blog me permet aussi de montrer les coulisses, ce qui n'est pas montré d'habitude : les croquis préparatoires, les carnets…

Le blog pour publier sans contraintes

bandeau du blog de Thibault Balahy alias Mister B.

JiF : Ton blog est ouvert depuis décembre 2006, il n'a donc que quelques mois d'existence. Avant ça, étais-tu déjà internaute ? Voire auteur en ligne ?

Mister B : Non pas du tout. C'est vraiment une sorte de découverte. A partir du moment où j'ai créé mon blog, je me suis intéressé à ce qui se faisait. J'ai trouvé les liens vers pas mal d'auteurs, j'en ai découvert toute une série qui travaillent soit exclusivement sur le net, soit qui ont aussi une production papier traditionnelle. J'ai découvert assez récemment tout ce qui touche aux blogs.

JiF : On peut dire que tu as la chance d'arriver au moment où pleins de choses se passent !

Mister B : Effectivement, c'est d'une densité et d'une richesse !

JiF : Tu dois même te sentir un peu perdu…

Mister B : D'ailleurs ça prend énormément de temps.

JiF : Tu fais partie de ces boulimiques qui lisent des dizaines de blogs bd tous les jours avant même de commencer leur journée ?

Mister B : J'en suis pas encore là, mais je me surveille. On est très vite happé par les liens : chaque auteur renvoie à d'autres et ainsi de suite. Entre le fait d'alimenter mon blog et celui de regarder ce que font les autres, cela me prend de plus en plus de temps.

fauteuil à l'aquarelle. JiF : Est-ce que tout ça te donne envie de raconter des histoires autrement, spécifiquement pour Internet ?

Mister B : Je vois vraiment qu'il y a un potentiel lié à ça. En même temps je ne veux pas tomber dans les poncifs, les exercices de style comme les sortes d'autobiographies au quotidien. Pour le moment j'utilise plutôt Internet comme un moyen de diffusion. Mais je pense que je vais développer vraiment des projets liés à ce mode de parution, même si je n'ai pour le moment pas de projet précis. Les Aventures de Monsieur, ou bien un autre de mes personnages tel que Chancel Dumar pourraient donner lieu à un feuilleton. L'intérêt est vraiment de pouvoir publier en série d'épisodes successifs sans contrainte de format.

JiF : Ca promet pour la suite sur Webcomics.fr…

Mister B : Oui. Je voulais faire ce travail un peu anonyme autour de Franz pour voir un peu les réactions… Mais assez vite je crois que je vais publier d'autres travaux, peut-être des choses en noir et blanc. Je pense donner ainsi une seconde vie aux Aventures de Monsieur, qui a été auto-édité à 300 exemplaires.

Pour moi c'est assez excitant, puisque dans ma propre manière de travail j'ai envie d'expérimenter plein de techniques. Donc le fait de ne pas être contraint par des aspects éditoriaux, de budget, cela permet beaucoup de choses.

Projets hors du web

Indien en embuscade derrière un arbre, un cowboy arrive au fond. JiF : Tu as d'autres projets actuellement, hors du web ?

Mister B : J'ai déposé un dossier à la Maison des Auteurs d'Angoulême, qui aide un peu les jeunes auteurs en leur prêtant des ateliers. J'ai présenté un projet d'album plus classique, en couleur. J'attends la réponse… Ce serait une opportunité d'aller en avant vers la reconnaissance, la professionnalisation.

Il s'agirait d'un western un peu absurde, dans la même veine que l'humour de Monsieur. Le personnage principal est un petit cowboy dépourvu de bouche, ce qui est un facteur de handicap.

cowboy à cheval, de dos, au milieu des cactus et des rocheuses.

Franz ou la trajectoire du crabe

JiF : Pour Franz, on n'en est encore qu'au début de l'histoire. Une vingtaine de planches sont en ligne sur 74 au total. A quoi doit-on s'attendre pour la suite ?

Mister B : Il va y avoir une métamorphose très lente. Je ne peux pas en dire plus. On va voir un petit peu les déboires que va connaître Franz qui va être handicapé par sa différence : il va développer une curiosité qui l'emmènera hors au delà de son univers et qui va créer tout un basculement.

JiF : Ce webcomic tient un peu de la fable… Tu avais un message à véhiculer à travers cette BD ?

Mister B : On ne peut pas cacher qu'il y a un désir, à travers le monde animal, de créer une sorte de métaphore, de parabole de ce que peut être la société. Il y a effectivement une sorte de message, mais un message assez ouvert, je préfère donc ne pas trop en dire pour que chaque lecteur puisse se faire son idée. C'est un récit qui permet une double lecture.

JiF : C'est quelque chose que tu aimes bien… Tes planches mêlent un récit lisible à une part plus poétique. Je pense en particulier à tes planches sur la chanson de Noir Désir.

Mister B : C'est vrai que certains de mes récits, comme Franz, sont à l'origine des nouvelles avant d'être mis en images. L'écriture et les mots sont à l'origine et orientent mon travail.

JiF : Pour toi, est-ce qu'il y a une différence entre dessiner et raconter des histoires ?

Mister B : La différence c'est le principe de narration. Je suis très inspiré par la littérature. Les lecteurs les plus curieux feront sans doute assez vite le parallèle entre Franz le crabe et Franz Kafka. Pour moi raconter une histoire c'est créer un univers, créer une logique. Ca permet de donner une image, un regard sur le monde, les gens… C'était déjà le propos de Monsieur : un personnage muet, vide au niveau de l'expression qui était à l'origine d'un humour un peu absurde qui offrait une lecture des choses. Le dessin, l'image fixe est un peu comme la photographie, il permet moins cette lecture que la narration… La chronologie, le temps du récit, c'est quelque chose qui m'intéresse assez.

Influences variées

Giacometti vu par Thibault Balahy. JiF : Tu es intervenu sur une pochette de CD, tu as fait du street art…

Mister B : J'en fais très peu, comme le blog me prend beaucoup de temps. Mais j'ai un intérêt pour ça, Angoulême est assez riche de ce point de vue avec de nombreux auteurs qui y résident… On y trouve donc une expression un peu marginale à travers des affiches collées dans la ville. J'avais envie de le montrer sur le blog. Ce format graphique est intéressant parce qu'il est libre, moins contraint que le blog. L'idée d'expression libre m'intéresse assez.

JiF : La dimension aussi, on est dans une dimension proche de celle du corps humain.

Mister B : D'ailleurs, je le réaliserai peut-être un jour, mais je rêvais à un moment de faire une bande dessinée qui s'éclaterait sur les murs de la ville, sous forme de fragments, de manière un peu aléatoire.

JiF : En terme d'influence, hormis la littérature, la musique ou le street art… As-tu d'autres formes d'arts, d'autres artistes qui t'influencent ?

Peinture Mister B : Par rapport aux auteurs de BD, j'ai été assez influencé par De Crécy pour son travail de la couleur, ou encore Mattoti. J'en parle surtout par rapport à Franz. Ce sont des auteurs qui donnent une vrai place à la couleur. Du côté plus graphique, j'aime bien aussi le travail de Benoît Jacques… Ou encore le dessin un peu anguleux de Egon Schiele, pour citer un peintre.

J'essaie de ne pas me focaliser que sur la bande dessinée : j'aimerais bien me remettre à peindre aussi. Quand j'ai un peu de temps j'écris également, j'ai une pratique d'écriture. Tout cela nourrit mon imaginaire : j'ai besoin de toutes ces facettes pour me sentir complet.

Conclusion

JiF : Des projets pleins la tête et pleins de cordes à ton arc donc ! Voilà qui va nous obliger à t'interviewer à nouveau pour creuser un peu au gré de tes prochains projets ! Avant de nous quitter, as-tu en tête des gens que tu aimerais inviter.

Mister B : J'ai rencontré par le biais de mon blog certains auteurs, mais ils sont déjà reconnus et je ne sais pas s'ils seront intéressés.

JiF : En tous cas n'hésite pas, si tu croises des gens qui pourraient être intéressés… Merci d'avoir répondu à cette interview ! Sur ce je vais manger mes crêpes. Tu as déjà mangé ?

Mister B : [rire] Non pas encore.

JiF : Alors bon appétit !

Il aimait Kafka, Joyce, Becket / Elle, Irving, Loti, Mishima / Il était fasciné par l'Inde / Elle, par les loups.

Publié dans arts appliqués, études, blog, couleur, graphisme, Mister B, peinture, projets, rock et street art.

3 commentaires

ajouter le vôtre

misterb a dit :

Merci beaucoup à jif pour cet entretien. Quelques rectifications pour compléter un interview qui par ailleurs reflète tout à fait mes préoccupations : donc, j'ai fait une “mise à niveau” en arts appliqués avant d'intégrer mon bts (corrigé) et le visage mis en exergue, au début de l'article n'est pas le mien mais celui d'alex alias jean toulette ; ) qui se reconnaîtra. Voilou et encore 1000 choses pour ce que vous faites avec l'équipe de webcomics. thibault b

12 mars 2007

Un visiteur (karicature) a dit :

très interressant ça done envie de mieux te connaitre et tu fais un super bon boulot

félicitations !

13 mars 2007

JiF a dit :

misterb, j'avais en effet oublié de te demander une image de toi. Si tu en as une sous la main, n'hésite pas à me l'envoyer.

13 mars 2007

Laisser un commentaire :